Contrôle technique 2018 : prix et changements

Dès le 20 mai 2018, le contrôle technique devient plus strict. Le gouvernement a pris la décision d’augmenter le nombre de points de contrôle afin de réduire le nombre de morts sur les routes à cause des défaillances mécaniques. Mais qu’en est-il réellement ? A quoi devons-nous nous attendre et comment se préparer à ce nouveau contrôle technique ?

Augmentation des points de contrôles en mai 2018

 

[ultimatetables 12 /]

 

Le nombre de points de contrôle augmente à partir du 20 mai 2018. A l’heure actuelle, le contrôle technique comprend 123 vérifications sur le véhicule et peut détecter jusqu’à 453 anomalies. Avec la nouvelle réforme, 133 vérifications seront désormais possibles, ce qui engendrera la détection de plus de 600 anomalies.

En 2017, les différents types d’anomalies étaient répertoriés en deux catégories : « défaillance mineure » et « défaillance majeure » mais cette année, une troisième catégorie vient s’ajouter : la défaillance critique.

 

  • Si le contrôle technique identifie une défaillance mineure, votre véhicule devra être réparé mais sans obligation de contre-visite.

 

  • Si l’examen de votre véhicule révèle une défaillance majeure, vous devrez réaliser une contre-visite dans les deux mois qui suivent mais vous pourrez continuer de circuler pendant ce laps de temps. Au delà de ces deux mois, si vous n’avez ni réparé votre voiture ni effectué une contre-visite, vous serez passible d’une amende de 135€.

 

  • Si l’examen de votre véhicule détecte ne serait-ce qu’une seule des 127 défaillances critiques, votre voiture devra obligatoirement être immobilisée dans les 24h jusqu’à la date de la contre-visite. Pour éviter cette immobilisation, vous devrez alors faire réparer votre véhicule dans la journée. Le garagiste collera une vignette sur votre pare-brise indiquant que vous êtes autorisé à circuler uniquement le jour même. Le statut “défaillance critique” de votre véhicule sera également enregistré en base de données et si vous circulez avec votre voiture au delà de cette date, vous encourrez une amende de 135€. Tout comme pour une défaillance majeure, vous disposez ensuite d’un délai de deux mois pour réparer votre véhicule et effectuer la contre-visite.Une interrogation subsiste cependant concernant l’immobilisation du véhicule : comment faire pour réparer son véhicule et le présenter à la contre-visite sous 24H ? Cela paraît extrêmement compliqué et les premiers retours d’utilisateurs seront intéressants pour mieux comprendre le fonctionnement du statut “défaillance critique” dans la réalité.

NB : Une fois que vous aurez réparé votre véhicule, nous vous conseillons de prendre rapidement un RDV pour effectuer la contre-visite, car seul un centre de contrôle technique pourra valider les réparations et vous autoriser à circuler.

Points à vérifier avant le contrôle technique

Pour éviter que votre voiture soit soumise à une contre-visite ou qu’elle reste immobilisée dans les 24h après le contrôle technique, vous pouvez déjà prendre connaissance de la liste des 127 défaillances critiques et celle des 340 défaillances majeures (listes non exhaustives) ci-dessous afin d’anticiper l’examen de votre voiture.

 

[ultimatetables 13 /]

 

Nouveau tarif du contrôle technique automobile

Avec l’augmentation des points de contrôles, la durée de l’examen de votre véhicule sera forcément plus longue, il faudra compter environ 15 min de plus que pour le contrôle technique actuel (30 min en moyenne). Par conséquent, le prix du contrôle technique sera impacté : il fallait compter entre 50€ et 80€ en fonction des garages et de sa localisation, il faudra maintenant s’attendre à verser entre 60€ et 96€, soit 20% de plus qu’en 2017.

 

Contre-visite payante en mai 2018

Mais ce n’est pas tout ! Si l’examen de votre véhicule n’est pas concluant, vous devrez réaliser une contre-visite. Jusque-là rien d’anormal, mais celle-ci sera désormais payante. En effet, avec l’augmentation des points de contrôles, la contre-visite risque de durer plus longtemps qu’avant et de devenir plus fréquente, ce qui poussera donc les centres de contrôle à réclamer une rémunération. Vous devrez alors compter entre 10€ et 15€ pour effectuer une contre-visite à partir du 20 mai 2018.

Que pensez-vous du nouveau contrôle technique ? Réagissez en laissant un commentaire ci-dessous 🙂

 

À lire aussi :